Mois : juin 2014

[CONCERT] Brian Jonestown Massacre + The Blue Angel Lounge @ La Laiterie Strasbourg

[CONCERT] Brian Jonestown Massacre + The Blue Angel Lounge @ La Laiterie Strasbourg

Jeudi 5 Juin, nous sommes partis à l’autre bout de la France pour aller voir les authentiques Brian Jonestown Massacre à la Laiterie de Strasbourg accompagnés des Blue Angel Lounge qui faisaient la première partie. La dernière fois que nous avons vu Anton Newcombe et ses […]

[CONCERT] Queens Of The Stone Age + Camp Claude @ Zénith de Montpellier

[CONCERT] Queens Of The Stone Age + Camp Claude @ Zénith de Montpellier

L’événement tant attendu en ce début de Juin était sans aucun doute le concert des Queens Of The Stone Age de passage à Montpellier. Avec seulement deux dates à l’affiche pour la France (+Rock En Seine en Août), on se demande pourquoi avoir choisi le […]

[LIVE REPORT] This is Not a Love Song #2 – JOUR 2

[LIVE REPORT] This is Not a Love Song #2 – JOUR 2


La deuxième journée de festival semble mettre à rude épreuve les festivaliers : des nuages, du vent à s’en décoiffer les sourcils, et de la pluie au programme ! Mais que serait un festival sans ses maintes contraintes climatiques ?

Au cœur des groupes de l’après-midi figure notre jeune Australienne Courtney Barnett. C’est un coup de fraîcheur qui balaie le public de TINALS avec cet univers doux et timide qui tente de se rapprocher de l’audience terne qui caractérise notre cher festival, le tout en solo du fait de son batteur coincé à Londres pour une histoire de passeport : il faut croire que l’on s’en passe facilement !

Un tourbillon d’énergie vient se placer en antagonisme avec la précédente prestation avec les Superchunk. Dès la détonation des premières notes, les américains se déchaînent sur scène et donnent beaucoup pour prétendre à provoquer l’exploit : faire danser les foules. C’est un pari à moitié rempli, puisque la moyenne d’âge du public à l’écoute, 25-35 ans, ne semble pas répondre à l’appel autrement que par des hochements de tête éparses, mais la prestation y est, et elle est à saluer. Le dialogue se crée, un succès puisqu’ils obtiennent enfin des échos.

A 18h30, c’est au tour de nos texans de Midlake d’enflammer la scène. L’atmosphère est joliment agencée avec un fond en toile aux couleurs de leur dernier album, quand bien même le public reste relativement stoïque, leur performance est à saluer, performance qui s’achèvera sur la douce « Old and young ».
Interviewé précédemment, le chanteur nous le précisait : le groupe ne recherche pas l’hystérie de fans, mais bien un public mûr qui a su grandir avec leur musique et ne lâche pas prise au fil des albums.

Midlakeephoto: Midlake par Audrey Delaporte

Leur renommée faite, c’est avec de certaines appréhensions que nous abordons les Neutral Milk Hotel. La déception est vive : les titans de l’indie restent de marbre face au public, coincés sur leurs positions. L’interaction avec le public est une notion de communication absente, et l’accordéoniste, seul à se déplacer sur l’espace scénique, semble même être porteur de davantage d’énergie que le public et le reste du groupe réunis.
Cela dit, malgré la monotonie du partage, quelques morceaux forts en émotions ont su retenir l’attention : en solo, le chanteur s’approprie la scène pendant quelques minutes au gré de « Two Headed Boy » avant de se voir rejoindre par ses acolytes pour une explosion de sons sur « The Fool ».
Nous compterons également parmi le palmarès de la journée un groupe qui ne se démarquera pas plus des autres prestations scéniques et qui a eu tendance à en irriter plus d’un avec un nouvel single dont la guitare est presque similaire au titre « Loud Pipes » des célèbres Ratatat : Findlay. Ils reprendront également le célèbre « I Wanna Be Your Dog » de Iggy Pop, mais la voix de la chanteuse manquera toutefois de relief et d’originalité, injustement comparée à la sulfureuse Alison Mosshart.

Earl Sweatshirt, vigoureux personnage qui va venir tourmenter le public de TINALS : un hip hop mordant et accrocheur à qui les plus rock’n’roll d’entre nous pourrait accorder crédit. Un jeu lumineux incandescent, notre chanteur va faire hocher de la tête les plus réticents d’entre les présents.

Earlsweatshirt2photo: Earl Sweatshirt par Audrey Delaporte

Mais c’est sans compter sur l’un des concerts phares de la soirée, la très attendue Chan Marshall, personnage faite de tourments et de sensibilité : Cat Power monte sur scène, scène qui paraît dénudée, revêtue d’une simple guitare et d’un piano à queue. Un univers hypnotisant qui en fera frissonner plus d’un. De « Maybe Not » à « The Greatest », elle reprend tous ses plus grands titres sous les encouragements de ses fans qui ne se gardent pas de crier divers mots doux de type « We love you ! » : un classique. Mais le plaisir sera gâché quant à la fin, suite à de nombreux problèmes techniques qu’elle tentait de pointer du regard avec un ingénieur du son ne réagissant pas, elle coupe son dernier titre en plein milieu pour remercier le public et partir en décrochant au passage du matériel et en renvoyant un bouquet de roses dans le public.

Les Black Lips entrent en scène à 23h15 pour un show d’une intensité exceptionnelle. Le public se réveille après s’être octroyé une pause douceur avec notre jeune Cat Power au choix, ou une pause un tantinet plus mouvementée avec les Jungle : la foule de TINALS est méconnaissable. Entre pogos, slams et autres dérives, la musique est vécue à son paroxysme.
Une vague puissante encercle la foule déjà échauffée au préalable par les Black Lips qui se posent ainsi comme une introduction à la venue de Ty Segall, groupe prolifique aux 13 albums en seulement cinq ans. Le public, incendié, se meut dans tous les sens : c’est l’anarchie en son sein au gré de nombreux pogos et slams à l’image du concert précédent.

tysegall

photo: Ty Segall par Audrey Delaporte

Avec une programmation des plus originales, le festival This Is Not A Love Song s’ancre dans notre palmarès des festivals à ne pas manquer : on en redemande !

 

Textes et photos par Audrey Delaporte

 

[LIVE REPORT] This is Not a Love Song #2 – JOUR 1

[LIVE REPORT] This is Not a Love Song #2 – JOUR 1

Retour sur 2 jours de festival à Nîmes avec un bilan hétérogène qui orchestre à la fois déceptions et heureuses surprises. C’est sous un soleil de plomb que les festivités débutent, entre divers ateliers récréatifs de couronnes de fleurs, assemblage de vins et autres délices. […]