Mois : août 2013

[CONCERTS] Rock En Seine jour 3

[CONCERTS] Rock En Seine jour 3

crédit photo: ©Victor Picon Le dernier jour de Rock En Seine était le moins intéressant de tout le festival. On avait en beau cadeau du Dimanche, de la pluie. Qui dit pluie à St Cloud dit terrain boueux. Sortez les bottes et les ponchos (ou […]

[CONCERTS] Rock En Seine Jour 2

[CONCERTS] Rock En Seine Jour 2

crédit photo: ©Sylvere Hieulle Après avoir passé un premier jour riche en émotions, le deuxième jour s’annonçait aussi fou. Avec Phoenix et Nine Inch Nails en tête d’affiche, la journée promettait du lourd. On angoissait à l’idée de se prendre la pluie sur la tête et […]

[CONCERTS] Rock En Seine Jour 1

[CONCERTS] Rock En Seine Jour 1

1237169_10151788856263851_326037687_n

crédit photo: ©Sylvere Hieulle

En cette belle fin d’été, nous avons décidé de mettre les pieds à Rock En Seine, un festival qui propose toujours une programmation éclectique et qui réussit à ravir pas mal de spectateurs. Et des choix, il y en avait. De Belle & Sebastian à Phoenix, en passant par Hanni El Khatib à Wavves. Tous genres, tous styles, c’est une des belles qualités de Rock En Seine, nous servir divers « menus ».
À chaque festival, sa difficulté: devoir faire des choix et sacrifier certains concerts. Il y a eu des coups de coeur, des découvertes, et bien évidemment quelques déceptions.

 

Le premier jour était de loin  le plus excitant et le plus attractif de tout le festival. Avec Belle & Sebastian, Franz Ferdinand, Kendrick Lamar et Johnny Marr on ne pouvait pas rêver mieux.

Le show de Savages sur la Scène de la Cascade (que l’on attendait avec impatience depuis le This Is Not A Love Song) était un poil décevant, très peu de contact avec le public et il y avait beaucoup de basses, on n’entendait pas vraiment la chanteuse Jehn, plutôt dommage quand on connait la bonne réputation du groupe en live. C’est seulement  à la fin du concert que l’on sera à peu près satisfait des derniers titres (« She Will », « Hit Me » « Husbands ») qui ont visiblement déclenchés beaucoup de pogos et quelques slams dans le public.

1150151_10151788856548851_922626011_n

crédit photo: ©Sylvere Hieulle

Après Savages direction  la Grande Scène pour voir Belle & Sebastian. C’est un plaisir de voir les Écossais sous un jour bien ensoleillé. On appréhendait un petit peu le concert, c’est-à-dire ennuyeux à mourir mais à notre grande surprise ce fût un vrai régal: chaleureux et mélodieux. On a pu entendre les classiques: « To Be Myself Completely » « I’m A Cuckoo » « The Boy With The Arab Strap » qui nous ont collés un sourire au visage et fait danser nos jambes durant tout le concert.

3466001_7_33fe_stuart-murdoch-chanteur-de-belle-et-sebastian_732f80ebe77273c3e393abc50fae6272

crédit photo: Le Monde

S’il y a bien un concert qui nous faisait trépigner d’impatience c’est bel et bien celui de Johnny Marr à la Scène de l’Industrie. On a beaucoup aimé son album The Messenger et l’on voulait découvrir ce que ça donnait en live. Nous avons préféré Johnny Marr à Tame Impala (beaucoup d’avis assez négatifs après en avoir discuter avec certains festivaliers) pour la simple et bonne raison que l’on ne voit pas un membre des Smiths tous les jours sur scène et qu’honnêtement, le choix est vite réglé.
Dans le public toutes les générations sont là, des plus jeunes aux plus âgées. Il y a ceux qui ont dansé sans s’arrêter et ceux qui ont versé  des larmes quand il a repris les Smiths (« There Is A Light That Never Goes Out » « Stop Me If You Think.. » « How Soon Is Now » « Bigmouth Strikes Again »). C’était un excellent concert, rien à dire, aucun remord concernant Tame Impala.

1235529_10151788856408851_528072530_n

crédit photo: ©Sylvere Hieulle

En attendant Franz Ferdinand, nous avons fait un petit tour dans le Domaine de St Cloud, on flâne, on découvre plusieurs groupes que l’on ne connaissait pas forcément (Tomahawk, à voir absolument) et l’on sympathise avec d’autres festivaliers avec qui l’on partagera nos différents points de vue sur ce que l’on venait de voir.
Pour ne pas être mal placé à Franz Ferdinand, on décide d’attendre les deux heures qui suivent à la Grande Scène (même si ces heures ont été éprouvante vis à vis de la chaleur). Lorsque le live démarre, le public  est tout excité (voire dément). Et il y avait toutes les raisons du monde pour l’être. Depuis leur album Tonight: Franz Ferdinand, plus aucunes nouvelles du groupe.  Leur quatrième album est sorti avant-hier et nous avons pu découvrir quelques titres à Rock En Seine (« Right Action » « Love Illumination » « Evil Eye » « Bullet » « Stand On The Horizon »). Les écossais sont vraiment contents d’être présents ce soir-là. On a dansé, hurlé les titres cultes (« Take Me Out » « Do You Want To » « No You Girls » « Ulysses »…), et même pu entendre un mix Donna Summer (« I Feel Love ») versus « Can’t Stop Feeling » remarquablement bon.

1240518_10151788856183851_240755281_n
crédit photo: ©Nicolas Joubard

Après seize titres qui nous ont bien mis les batteries vides, on court voir Kendrick Lamar à la Scène de la Cascade où il y avait foule. Les aller-retours incessants de marche ne se comptent même plus, on s’arme de courage et l’on oublie ce qu’est la douleur musculaire et la fatigue. Ne connaissant très peu la discographie du jeune homme, c’est avec joie que nous découvrons son live malgré un problème technique  qui fera partir Kendrick quelques minutes avant de revenir sur scène finir son live en beauté.

1175625_10151788856383851_570830684_n
crédit photo: ©Sylvere Hieulle

On a fini la soirée avec Paul Kalkbrenner (nous avons délaissé Hanni El Khatib, déjà vu à Nîmes), pas trop mal mais pas de quoi non plus s’extasier devant les une heure et quelques de set.
Après une journée bien collante et fatigante, on a mérité de reprendre des forces pour le deuxième jour aussi hallucinant que le premier.

 

Palme d’or du meilleur concert décerné à Franz Ferdinand & Johnny Marr.

Franz Ferdinand <br> <i> Right Thoughts Right Words Right Action  </br> </i>

Franz Ferdinand
Right Thoughts Right Words Right Action

S’il y a bien un come-back que l’on attendait depuis des années, c’est bel et bien celui des Franz Ferdinand. Trois albums, trois réussites et des tubes que nous ne sommes pas prêts d’oublier (« Take Me Out » « Ulysses » « The Dark […]